Le-Chant-Flipper.jpg

2ème boule

2eme boulePhilippe Berthaut
00:00 / 16:34
13-2EME BOULE.jpg

DEUXIÈME BOULE


La machine se souvient du premier trajet
Moi aussi


P        Le bébé sort les lettres
       du potage
       et les dépose alphabétiquement

E        en bordure d’assiette
E

Papa installait
les lignes électriques
quelque part en Aubrac



R        Les lettres et le bébé
P        grandissent ensemble
       s’émiettent à dévisager le monde

E
E

le monde le monde
c’est derrière la vitre
cette étonnante nuit carrée


   Après on ne sait plus
   Simplement marcher le plus tard possible


       Dites ils nous ont pas donné
       les cartes     Non
       comment les reconnaître
       les passages


Bon ! Allez !
Chut !
Faut pas pleurer


       Où on va ?
       A Vermus.
       C’est quoi Vermus ?
       La propriété
       C’est quoi la propriété ?
       la terre des ancêtres
       Ah !


 

En 56 le Lot était complètement gelé
la cuisinière chauffait à blanc
et on avait l’onglée


       Philippe ! Ferme la clède ! (barrière en occitan)


       Au temps des châtaignes
       On prenait le carretou
       On traversait toute la plaine de Perse
       on passait le petit pont
       sous l’église romane
       puis on suivait le sentier


A certaines heures
on savait qu’on rencontrerait
les vaches à Roux
ou à Capelle
alors on sautait dans le pré


       on ouvrait les Pellouetchs (bogues en occitan)
       avec les pieds
       puis on ramassait
       les châtaignes les noix


Danièle était montée
sur le poirier
au palier aux vipères
elle a glissé mâchoire avant
après ses dents ont poussé
de travers


   Ce qu’on entendait de Vermus
   et qui fait trace encore
   c’était la boule en bois contre les quilles
   au foirail dans la plaine


la mobylette vers Saint-Côme


Papa nous avait ramené
des boules en pierre
à la nuit on voyait les étincelles


       Puis on redescendait
       bêtes et hommes mêlés
       au parfum du territoire
       

   au fond je n’ai d’Histoire
   que géographique

Il est joli ton vélo
oui c’est pour aller au collège
vous avez déménagé                 oui

       on est au bas du cimetière maintenant


   et la légende raconte
   que de l’église de Perse
   du cimetière
  les Sarrasins dévalent
   cimeterre à la main
   prêts à trancher la tête
   à Hilarian


       mais là où vous habitez maintenant
       oui
       c’est plus près de Vermus
       c’est plus prés



Maintenant Papa travaille chez Moncet
Il fait des persiennes


       Je ne fais plus enfant de chœur à la ville
       je monte le jeudi matin au collège
       à sept heures trente pour la messe


Quand j’ai trop sommeil
je dis que j’ai mal aux dents


   Le premier territoire  je ne voulais plus y aller
   A Vermus ? A Vermus

J’avais basculé du côté de la ville du goudron
des lumières
J’allais au foirail en bordure de Lot


   Je jouais aux boules au tennis
   ou bien je regardais les joueurs de quilles


Le dimanche j’allais voir la télé chez un copain
   et la légende raconte
   qu’ils ont capturé Hilarian
   ont posé sa tête sur le billot
   ont tranché

J ‘allais chercher l’eau à la pompe
   C’est joli un robinet et puis c’est pratique


et le soir
quoi le soir
Vous faisiez quoi


Rien on écoutait la radio
« Chantons tous en chœur d’un cœur joyeux
chantons l’effort de la jeunesse »
On faisait les devoirs en bord de cuisinière
Puis on mettait les briques dans du papier journal
et on montait au lit


Le vendredi soir on allait au Rex
le samedi au Family ciné
Papa était opérateur
j’allais dans la cabine
je rembobinais


On avait toujours la même place à la rangée F
des exonérés
la rangée F c’était la dernière rangée
de fauteuils en velours
après c’étaient les fauteuils en bois
très souvent le film cassait
alors les gens se mettaient
à engueuler l’opérateur: « A poil! Enculé! »
je me faisais petit c’était mon papa
   et la légende raconte
   qu’Hilarian prend sa tête coupée
   va la laver à la Fontsange
       La Fontsange c’est la source en face la maison
   Tu ne parles pas de ta mère
   Mais c’est elle qui parle


Après le film on allait boire un diabolo menthe
dans le café il y avait un flipper qui ne marchait pas
puis on rentrait assez tard dans la nuit à pied
il faisait très noir et très peur


       Corbeau de qui es-tu le parolier
       quand tu dés-enclenches ton vol
       flèche dans la plaine
       en ouvrant les sentiers

Je m’emmitouflais bien dans mon lit
je rêvais je devenais cavalier
retraversant les rues Espalionnaises
tranchant les têtes
Quelle haine !

       Puis je roulais dans le sommeil
       comme la boule au jeu de la lyonnaise
       qui franchit la limite
       pour se  noyer

   Et la légende raconte
   qu’Hilarian prend sa tête coupée
   traverse l’Olt à gué
   pour porter à sa mère
   le visage sans voix



Un peu plus tard à Toulouse, deux hommes au créneau parlent

   — Eh! Qu’est-ce que c’est ?
   — Où ?
   — Là sur l’eau dérivant !
   — On dirait un homme en barque
   — Non ! Ce n’est pas une barque on dirait un caisson !
   — Non ce n’est pas un caisson c’est une carcasse de flipper !
   — Y a quelqu’un qui rame dedans avec un cimeterre !
   — Oh ! Il a pas de tête…Qui c’est ?
   — …….Hilarian…….
   — Il accroche son embarcation à la pile du Pont Neuf.
   — Eh! Regarde là-haut quelqu’un lui lance une corde ! On lui voit que la tête. Tu le connais ?
   — Eh! Qui tu es ?
   — …….Cyprien…..
   — Et là-bas derrière Hilarian y a plein de gens en barques qui rament.
   — Les Wisigoths !
   — Mais non ! Plus maintenant !

Les gens des barque s’arrêtent

   La lune éclaire à cru
                   le visage de  Cyprien

Il leur parle

   — Qu’est-ce qu’il dit ?

   — Chut ! Écoute !

   — Qu’est-ce qu’il dit ?

   — Chut ! Écoute !


Compagnons contemporains de ma voix
sans légende et sans mots sans rien
il nous faut tout prendre et poser
et tout métamorphoser
le temps que ça peut durer le temps que ça
peut durer
Levez-vous levez-vous mes tribus
J’ai besoin de vous j’ai besoin de vous
de vos troupeaux d’oreilles
de vos forêts d’images
Levez-vous mes tribus levez-vous et allez et entrez
partout
j’ai besoin de vous

               les gens des barques vont se rasseoir dans la salle

                Hilarian et Cyprien partent ensemble dans le brouillard
               on ne voit plus qu’un seul corps
               qui va se rallonger dans son quartier
               le ventre aux abattoirs
               le cœur aux arènes
               un bras rue des Fontaines


Qui donc allait rue des Fontaines
chemin faisant chemise rouge
et l’amour refait son tricot
la vitre nous retient du vide le couloir déverse le
plein
de chaque maison rallumée à la comédie électrique

Toulouse crève aux banlieues ses cars de visages
talés
le terrain vague s’est collé au fond des yeux s’est
incrusté
dans l’histoire des enfants crus qui jouent avec
les bouts d’objets
qu’on leur a laissés    Merci

Maisons boites à séjour pour des bêtes à séjour
Trafiqueuses de rêves fermés  fermés

Mais où s’en vont
les corps aimés
quand ils désertent d’être là
vers la jointure d’autres corps
fuir la panique d’être seul
vers quelle image à traquer
au fond de l’âge tout cassé                


                     
 TILT



 

14POTAGELETTRES.jpg
15CARRETOU.jpg
16VUEESPALION.jpg
17QUANDJAITROPSOMMEIL.jpg
18FAMILYCINE.jpg
19TETECOUPEE.jpg
20ESPALIONNUIT.jpg
21REGARDELABAS.jpg

Didier Carette et Jean-Pierre Armand

22DANSECATALANS 2.jpg

Marc Verdou

24JOINTUREFETEBERGES.jpg