Le-Chant-Flipper.jpg

3ème boule

3eme boulePhilippe Berthaut
00:00 / 10:07


Restez dans la petite machinerie
de cet espace où nous campons
nous pouvons en faire le tour
                   rien qu’avec un œil
                   rien qu’avec l’oreille


et dès maintenant ou demain ici ailleurs
au café dans la rue
dans la chambre dans le corps
nous continuerons de passer en clandestins
               les paroles mauresques
               qui nous décapitent la mort




                            TROISIÈME BOULE


Un homme marche dans son regard
sur une place   banal !
L’île bourbeuse de la chanson
abrite ou creuse son nom
puis il installe quelques tréteaux
la foule passe  hep la !

                  
                       Par hasard un jongleur
                       au milieu de la foire
                       établi dans un autre cercle
                       vers qui se dirige un jeune homme
                       bien sage
                       mesurant de ses pas la distance
                       de la foule à ce qu’elle entoure


  Petites histoires
Recollez le monde éparpillé
   Petites bordures
Le corps est une balle qui roule
ses mosaïques de mots
et les images enchaînées
entr’elles entraînent les hommes du manège


           Pendant que le jongleur déplie sa tente
           ameute le passage avec de longues cabrioles
       en enfance et contrées finies     arracheur de dents douloureuses
       et que le grand panneau de son annonce est une enclave intacte
           Pendant que tout récit s’installe

Il sort de chez lui
Chacun qui sort
continent noir ou vieille blouse d’écolier
il n’est lumière que de nuit
tréteaux forains très tôt parés
dans l’invisible foire blanche
       où l’arc du chien regarde
       entre les deux trottoirs toilés
C’était d’avant les rues dans les hortanelles
des hordes
   avant que ne soient les tribus
   avant que ne soient les tribus


                       Dans les rues qui bordent
                       de leurs ailes closes
                       le cavalier
                       Tiens il est à pied
                       tombé de l’histoire
                       dans une autre histoire
                       se déroulant là
                       à hauteur des voix


D’avant les blés du temps des chanvres
quand les cahiers étaient des cordes
où les voix dressaient les mémoires
quand la place avait sa place


                   et pareil qu’au café on s’attroupe
                   devant le flipper
                   jongleur électrique


   Encreusez-vous dans le parloir
Si la place déborde ce n’est qu'en elle-même
Ce qu’elle envoie dehors aussitôt le reprend
chaque pas arrêté éveille un bout de quai



    R    P    H    E    E

    Où la plaine locomotive de mémoire
   Desselle dans les rails un instant les chevaux
   Une plaque endormie de chair
   Et des chèvres broutant l’alcool
   J’ai ma demeure dans mon sang
   où danse enrôlé le jongleur de moi
   j’ai ma demeure dans mon sang
Un mot vacille pour sa place  qui l’enchaînera
au parler



O     Si la place déborde ce n’est qu‘en elle-même
   « Alors un arbre s’éleva! ô pure élévation !
   ô chant d’Orphée! ô grand arbre dressé sans l’oreille !

R    Et tout se tut. Pourtant au sein même de
   l’unanime silence
   s’établit un nouveau recommencement signe et
   métamorphose

P    Des animaux de silence s’arrachèrent à la forêt
   claire et libérée des gîtes et des nids
   et il apparut alors que ni la ruse

H    ni l’angoisse ne les rendait à ce point silencieux
   mais le désir d’entendre. Rugissements, cris
   bramements
   semblaient petits dans leur cœur. Et là où
   jusqu’alors

E    il y avait à peine une hutte pour accueillir
   un tel chant
   un pauvre abri né du plus obscur désir
   avec une  entrée dont les montants tremblent

E    Là tu leur créas dans l’ouïe des temples »
       E.M Rilke in Sonnets à Orphée

Voilà Orphée ce que Rilke t’adresse
Tu es le dernier apparu dans la métamorphose
       du flipper

Avant toi il y a eu le cavalier le cheval
le navigateur l’écuyère
   Hilarian Cyprien le jongleur
Ai-je bien essarté l’espace de ton chant ?
   Et que vas-tu devenir maintenant
   Pour que je dure en bateleur ?
   Scribe ?
           Mais le scribe n’a plus de loge entre le poisson et le fruit
   Il faut bouger le vol ! Bougeons le vol !

Ici est un bateau et n’est pas un bateau
Vous avez vu comment je tiens
comment je ne tiens pas
rien que pour mettre un nom
à l’espace des bras ouverts
du gagné sur le non-dit qui tue les gens à
l’intérieur
par petites touches de gel
   Et que chanter maintenant ?
                       Les jours les jours de maintenant
   Et si ces jours deviennent ces chiens d’arrêt
   dressés pour rapporter des morceaux du monde
cassé
   et si nous devenons ces pavillons
de chasse
   où se réunissent les gibecières et les chants
   le vin la poudre et la mort
   alors nous aurons à dénuder nos voix
encore plus
   pour que le monde cède à notre paix.


 

28- 3EME BOULE.jpg
29GDEROUE.jpg
32ARCHE.jpg

Marc Verdou et Philippe Berthaut

32DITMARCV.jpg

Marc Verdou