Pochette J'aborde l'aval d'être là 72 dpi.jpg

J'aborde l'aval
d'être là

J'aborde l'aval d'être làPhilippe Berthaut
00:00 / 02:46

Saxophones, Flutes : François Knab
Vibraphone, Métallophone, Xylophone, Cloches, Congas : Laurent Marc
Textes et chant : Philippe Berthaut

J’aborde l’aval d’être là
Toi dévalant l’amont d’amour
La Garonne roule nos veines

Le puits du soleil redonné
au limites des épis d’eau
et dans les alcôves les iles

Et puis allonger la chaleur
Au lignes tiges du métal
Redessiner de l’invisible
Les figures enfouies d’y vivre

Contre les accrocs  les yeux déchirés
Corps insoumis à la nuit
Je vous dis merci

Pour que l’accueil soit plus écueil
Pour poldériser les marais
Enfouis de nos lieux habités
Paraît-il
Mais où ?
Parce que ce corps mégot de corps
Lié aux ficelles des choses
Attend que l’ouvert soit ouvert
Toujours
Toujours

Simplement planter sa tente de chair
Seulement à sa place
Après avoir réuni ses caravanes ses clandestins ses pillards
son oasis
Ville berbère

Faire de la fleur chaleureuse de tout un habitacle
Les mots dedans comme les pépites bleues des postes à soudure
Contre le métal figé du réel
Qu’ils nous font
Et le rêve longe les cahiers du corps
Soleil à la longe soleil de ma mort
Je te donnerai
tout ce que mon chant me donnera        de toi