Le-Chant-Flipper.jpg

Entrée
1ère boule

Entrée premiere boulePhilippe Berthaut
00:00 / 20:40

INSTRUCTIONS

Entrez dans la petite machinerie de cet espace
où nous campons
               nous pouvons en faire le tour
               rien qu’avec un oeil
               rien qu’avec l’oreille
Entrez abouchez-vous débarquez
aux installations portuaires du moi
tout ce qui est dit là
va de bouche à oreille

Entrez donnez-moi une pièce faites-vous pièce
roulez-vous
pile et face roulez venez enclenchez la musique

Vous entrez en ville par jour de foire
vous venez devant le jongleur
faites attention
           aux tire-laines et coupe-bourses
qui au-dehors feront le siège

Entrez jouez « pour le plaisir seulement »
Seulement?
faites jouer la pièce au-dedans que ça marche
qu’on renouvelle l’air de la tente sonore
qu’on motorise à neuf la vie
ICI
       c’est du préparatif


       c’est tout

Quand les réseaux s’allument
avec ceux de la rue
grande nappe fondue
en néons enseignes lampes phares
cigarettes catadioptres
et ceux qui passent avec toutes leurs ombres
on est quelques-uns debout
à gouverner la boule
dans le quartier fermé d’un flipper


Dans la partie la boule jaillira trois fois
elle atteindra un score à partir duquel
on basculera dans une autre partie
                               ou rien
en cas d’échec il y aura la loterie            
                               ou rien
pour l’instant on voit les pièces s’engloutir
dans la fente Dehors les passants engouffrent
dans les fentes des portes
                   Debout devant le plateau en pente
On appuie sur un bouton rouge


 

PREMIÈRE BOULE

Quand ça dévale en incursion
en invasion de Jolimont
petite tête posée à plat dans l’aube
maintenant que tu dévales
au bout d’un corps d’homme

                   Tu verras la longue palissade
                   de bois tenue serrée par les affiches
                   Ou par quelques casques posés
                   En attendant la fin de la journée

               Écoute le vent tiède et offre tes cheveux
               Une légende passe
               Et personne n’écrit
               Et plus personne n’écrira

               Dans ce désert pas évident

                   Avec les pillards en voiture
                   Chariot des rois fainéants
               Qui dure


           Petites histoires
           Recollez le monde éparpillé
           Petites bordures
           Le corps est une balle qui roule
           Ses mosaïques de mots
           Et les images enchaînées
           Entr’elles entraînent
           Les hommes du manège

 

 

Ils font tourner le cheval à bout de corde dans le
quartier fermé
là où on piétine ses bagages son enfance son butin
   Une mémoire éparpillée
qui ne s’allume qu’à certains choc obscurs
                   et encore
   De cette vie en pente
faite de bordures de butés de passages de
blocages
d’accélérations de la lenteur

       et la disparition


 

                               Cheval
                               Maintenant qu’on t’a découpé
                               Pétales de chair à l’étal
                               Comment te réunir
                               Dans ta course arrêtée
                               Comment te redonner
                               Le pré qui te portait
                               Dans la lumière


L’écuyère des néons s’ennuie
Elle resserre son tutu
Et son corset de moucherons
Elle le jette
Dans la lumière
De quel côté de la vitre reposent les mannequins
figés
Dehors dedans
Une buée atteste la transparente limite
Mes compagnons de jeu sont bien dans le regard
Eux aussi basculent dans ce jeu en pente
Sans savoir ce qu’ils mettent en jeu
La plupart sont très jeunes
Petits singes d’adultes
On ne parle pas

                           Les hommes jouent dans le café


L’alcool fait marcher la machine des grands
Un piquet dans l’enfant
La corde dans l’adulte
Tout le corps au milieu à rebondir entre les deux
Danseur

                  


                           La nuit rameute ses réseaux
                           Elle déchire l’écran brouillé    
                           De la journée désaffectée
                           Laisse flotter les formes floues
                           Dans la paresse de passer
                           Sous la buanderie des murs        




                           Entre temps dans l’intervalle
                           où la boule ralentit
                           et ne provoque rien
                           les yeux s’envolent à l’entour
                           ils vont fouiner
                           ailleurs


Il sort de chez lui
Un carrefour attend devant la porte
Son silencieux navigateur balaye
Le ruisseau du trottoir
Immobile charrie
Des collections d’objets déchirés cassés

                       La boule reprend le même passage


                       Sont sortis avec lui
                       Un pull bleu un pantalon blanc
                       Le sourire de son amour
                       Dans le pli violent du regard
                       Des clés des pièces un mouchoir
                       Un goût de café en suspens
                       Et pas de chant


Dans les haies qui bordent
De leurs ailes closes
Le cavalier
Tiens il est à pied
Tombé de l’histoire dans une autre histoire
Se déroulant là
A hauteur de pas


                           Une musique monte longue
                           Depuis la maison sans volet
                           Devenue la maison sonore
                           Avec ce peu de vent qui fait
                           Ce que notre souffle ferait


                           Ne gèle pas musique
                           Laisse-toi suivre
                           Emporte-nous
                           Au creuset de tout
                           Désenclave l’heure
                           de ses eaux dormeuses
                           Fais-la jaillir


Le Flipper renvoie la boule dans le Creuset


Sur les instructions ils appellent ça une soucoupe
« La Boule passant dans la soucoupe
   active la lettre allumée »


Sur l’affiche
Le cavalier retrouve son cheval
Il chevauche sur l’autoroute
Un jean



E        Ici ça a allumé la lettre E
       La boule s’échappe du creuset
       Une languette l’a chassée


Elle attrape la targette qui ouvre le petit portillon
De ce côté au moins
La boule ne se perdra pas

                   Puis elle abat la dernière cible
                   Aussitôt toutes les cibles rejaillissent
                   Bordées d’une petite lumière orange
                   Si je les décanille toutes de nouveau
                   J’aurai une boule gratuite




P                        A nouveau la lettre s’allume
                       Le cavalier arpente immobile
                       Le champ déboutonné de l’œil
                       Devant le cheval électrique

E

La boule vient de prendre le petit portillon
Elle va repartir
J’attends : je vais à la fenêtre je l’ouvre je regarde
Les autres au loin comme à côté ceux du jeu
Ils étaient loin derrière leurs grilles
puis leurs portes puis les cloisons
puis leurs peaux
et encore au-dedans jusqu’à un centre inexistant
puisque le centre c’est tout ça

         

 

         L’AUBRAC

Et tout le pays de nous
Étendu devant nos yeux
Vagues vaches qui défrichent
Le peu d’ombres qu’il s’y fait
Les engoulevents portent le vent d’aube
La lande s’accoude au ciel accoudé
Tes lèvres pâturent le lac bleu nuité


                       Quand ton coude a bougé
                       Le chemin a tourné
                       et tes épaules collines
                       et les touffes brunes des prés
                       jaillis de ton ventre sablé


L’Aubrac
Haut plateau posé
Quelque part dans le géographique
Que tu connais
Tu descendras des cartes laborieuses des écoles
Tu deviendras le projet de ce pays
Qui reste là à s’ancrer
L’Aubrac
C’est l’infinie série d’aciéries musicales
Où la terre et la chair font alliage de chant
où traversent des chemineaux
Inquiets de leur présence
Ce monde ouvert fermé
Aux bulles de deux fleurs
Éclatées en surface



L’aube racle
Garde ma sœur
Tes yeux de « boralde »
Force le vent petite monture d’oiseau
Les murettes s’entraînent à enclore les prés
Les feuilles bougent un vent
Qu’elles inventent bruité
Et le ciel est plus près
Et tout nous est plus proche
Et nous sommes plus proches
Dans ce vent délacé
Qui vient poser les oiseaux au bord de la roulotte
Ô que ce monde reste et réside au dedans
Vite que je l’entraine dans ces mottes de son
Où on va chercher des pousses de soi
Ô pays ouvert ô pays de nous
Ô terre tissée de bosses et de trous
Ô lumière belle qui vient ratisser
Tous les vieux quartiers de Toulouse abandonnée


L’aube éclate
Garde ma sœur
Tes mains de cascade au décor du Déroc
Corde le vent petite monture d’oiseau
Tu débordes les roulottes
Et voici les pèlerins
Et voici les pèlerins revenus qui traversent et qui vont s’arrêter
A l’abbaye des rochers


 


Et tout le pays de nous
Étendu devant nos yeux
Felouques d’oiseaux danseurs
Aux fissures effacées
Et monte le chant
Des chairs essartées
Bruyère posée au bord de marcher
Le plateau écrit
           des bêtes figées

                           Alors un berger passe
                           Qui ne nous verra pas
                           Disparaît dans les claies



                  

 

1ERE BOULE.jpg
1FLIPPER.jpg
2CHEVAL.jpg
3CHEVAL DECOUPE.jpg
4JEUNES1.jpg
5FLORIDA.jpg
6PAS DE CHANT.jpg
7LETTRE E.jpg
8LETTRE P.jpg
9AUBRAC1.jpg
10AUBRAC2.jpg
11AUBRAC3.jpg
12AUBRAC4.jpg